Dernière minute
Lundi, 28 Juillet 2014
Facebook Twitter Google Bookmarks RSS Feed 
Union 1 - 0 Verviers
Écrit par RUSG    Dimanche, 12 Septembre 2010 16:26    PDF Imprimer Envoyer

 

Retrouvez l'ensemble des photos du matche dans la galerie ou en cliquant ici.


Ce dimanche, l'Union affrontait le RCS Verviers. Les Saint Gillois ont obtenu leur quatrième victoire en cinq matchs (1-0 sur un but de Freddy Bula) !

Soubry
Cabeke – Diawara – Bruno – Danieli
Baghdad – Köse (25’ Nnake)
Dalmat (69’ El Omari) – Papassarantis – Sotteau (89’ Shakpoke)
Bula

Jaunes: 82’ El Omari (faute), 82’ aussi, Cabeke (repoussage de ballon)

Après notre bon départ en championnat, avec dix points sur douze à notre actif, l’espoir était grand de continuer sur notre lancée et de prendre trois points supplémentaires à domicile face à une formation de Verviers déjà larguée au classement. L’assistance était plus qu’honorable malgré des conditions atmosphériques mitigées et comptait, par surcroît, quinze (pas quatorze, pas seize) supporters visiteurs, même le White Star fait mieux, selon les experts.

Le premier quart d’heure commençait à l’image de nos derniers matches, à savoir avec une équipe adverse qui tentait de créer la surprise en début de rencontre et, surtout, en contre attaque, tandis que l’Union cherchait calmement à prendre et à garder la maîtrise du ballon. La différence était que ça n’allait pas durer pour les visiteurs et si Verviers montrait sa présence devant notre but dans le premier quart d’heure, notre équipe n’attendait pas pour se monter dangereuse, Dalmat à la septième minute, puis Baghdad à la douxième tirant au-dessus de l’objectif. L’autre différence fut qu’au lieu de suivre le traditionnel scénario qui veut que l’équipe qui fait le jeu se fasse ramasser, en fin de compte, sur un contre, Dante Brogno changeait ses batteries dès la vingt-cinquième minute en remplaçant, pour raison purement tactique comme il le précisera plus tard à l’interview, Cemal Köse, qui n’avait pas démérité, par Nnake, et en passant du 4-3-3 au 4-4-2. Ce choix fut judicieux puisqu’à partir de ce moment, il n’y eut plus qu’une seule équipe sur le terrain, et ce jusqu’à la fin de la rencontre. Le deuxième quart d’heure démontrait la chose et l’Union se créait plusieurs occasions par Bula qui plaçait d’abord au-dessus, puis sur la transversale, puis encore au-dessus, entre la 26’et la 28’. Le troisième quart d’heure voyait les deux équipes plutôt se neutraliser mais c’est notre équipe seule qui se ménageait les quelques opportunités jusqu’à ce qu’enfin cela payât, à la 44’, quand Bula, isolé au point de pénalty, se retourna et plaça au fond du but, 1-0. Premier but bien mérité pour notre attaquant qui n’a jamais calculer ses efforts depuis le début de la compétition, et pour l’Union qui aurait pu compter l’un ou l’autre but supplémentaire au repos.

La deuxième mi-temps se déroula à sens unique et il serait bien fastidieux de commenter chacune des offensives unionistes, dangereuses ou avortées, tellement elles furent nombreuses. Le point commun était qu’elles ressemblaient à une séance de tirs au but dont d’autres parcs bruxellois sont friands, Dalmat (56’), Nnake (60’), Bula (7’), El Omari (81’) tirant au-dessus de l’objectif. D’autres ballons étaient, soit non cadrés, soit captés par le gardien, soit galvaudés dans la dernière passe, mais aucun ne concrétisaient la domination sans partage de nos couleurs. De son côté, Verviers s’octroyait de temps à autre qui un corner qui une contre-attaque, et le score figé nous laissait à la merci d’un éventuel contre assassin, bien qu’un peu virtuel car, il faut bien le dire, nous n’avons jamais vraiment eu peur. Notre plus grosse occasion survint à la 86’ lorsque Freddy Bula, au grand rectangle, repris un ballon en contrôle demi-volée que le gardien reprenait en deux temps, sous la menace de Prince Nnake. Le dernier fait marquant du match fut une carte de rouge directement adressée au numéro 8 visiteurs pour un geste de mauvaise humeur.

L’Union s’imposait très méritoirement dans le jeu mais de manière étriquée au marquoir par faute de réalisme devant le but. En contrepartie, le temps d’une mise en place et notre défense n’a laissé que des miettes aux attaquants adverses. Il n’y a eu quasi qu’une seule équipe sur le terrain et la victoire n’a connu de doute que dans les dix dernières minutes quand on redoutait un peu la mauvaise blague du but de la dernière chance pour Verviers. L’aventure continue et pensons que les occasions manquées cet après-midi seront rattrapées samedi prochain, sur le terrain de Diegem, notre bête noire.

Conférence d’après-match

Didier Ernst

Je suis un peu déçu car nous avions bien commencé, mais après, l’orage a éclaté (sic). En fin de match nous aurions pu profiter des quelques imprécisions de notre adversaire pour finalement revenir au score, mais bon. Il nous manque un peu de poids à l’avant, sinon nous n’avons pas une équipe comme celle de l’Union, nous espérons simplement une petite saison tranquille. Je trouve la carte rouge un peu sévère pour un geste de mauvaise humeur sans conséquence, une jaune aurait suffit (ce en quoi Dante Brogno convenait également).

Dante Brogno

Nous avons connu un premier quart d’heure difficile face à la fougue de nos jeunes adversaires et j’ai changé nos batteries en cours de route. Nnake a remplacé Köse pour raison tactique : nous sommes passé en 4-4-2, ce qui nous a permis d’être plus offensifs et de jouer plus haut. Un peu comme la semaine passée à Liège, nous n’avons pas su tuer le match, mais nous avons largement dominé la rencontre et l’essentiel est la victoire. Nous avons mérité les trois points et malgré les occasions manquées, ça fait plaisir. Qui plus est, sans encaisser de but une nouvelle fois. Je suis satisfait pour Freddy Bula qui a marqué son premier but, et qui le mérite amplement, et de la présence de Prince Nnake qui apporte du poids et de la vitesse. Pour le reste, il y a des jours où c’est 100% de réussite, aujourd’hui c’était 99% de maladresse devant le but, on va continuer à travailler ça.
Au fait, demande alors malicieusement Dante Brogno à l’assistance, savez-vous combien avions-nous de points, l’an dernier à Noël ? (Silence des mauvais statisticiens présents) … 12 pts. Aujourd’hui nous en avons 13, ça fait un bonus d’un point, mais nous ne sommes qu’en septembre…

 

Retrouvez la conférence de presse du matche dans la galerie ou en cliquant ici.