Dernière minute
Samedi, 27 Août 2016
Compte-rendu: rencontre avec les supporters
Écrit par RUSG    Mardi, 30 Novembre 2010 14:55    PDF Imprimer Envoyer

Rencontre avec les supporters, le 26/11/2010 : « L’Union : hier, aujourd’hui et surtout demain ».

 

Présents : Enrico Bové (président), Philippe Nicaise (manager général – C.Q.), Claude Quinet (responsable commercial), Stéphane Welkenhuyzen (observateur, asbl « Soutien à l’Union »), Georgios Polimatidis (administrateur, « Union Sport »).

Ce vendredi 26 novembre, le président Bové a présenté, devant les supporters présents, les lignes de la politique sportive et budgétaire de l’Union Saint-Gilloise pour les années à venir.

1. Politique sportive

Le président a mis en lumière le fait que le club avait, par le passé, toujours mis en avant l’équipe première, mais s’était contenté de cantonner l’école des jeunes dans un rôle social. Il n’y a donc pas de structure sportive à proprement parler pour cet aspect du club, ce qui n’est pas suffisant dans le football actuel si l’on veut avoir un minimum d’ambition. Comme on ne peut plus vivre uniquement de mécénat, le club doit s’atteler à mettre en place une politique de formation qui lui permettrait de s’appuyer, à 70/80%, sur de jeunes promesses, entourées de joueurs plus expérimentés, comme c’est le cas actuellement.

De gauche à droite: MM. Polimatidis - Welkenhuyzen - Bové - Nicaise - Quinet

Pour ce faire, plusieurs initiatives vont être ou ont été mises en place :

- Recrutement d’un staff technique professionnel pour permettre une formation performante des jeunes du cru sur lesquels le club doit pouvoir en partie s’appuyer.

- Développement du « scouting » dans le grand Bruxelles dans le but d’attirer des joueurs de 16 à 18 ans susceptibles de renforcer l’Union dans des délais relativement courts (travail déjà entamé par MM. Michel Lomme et Mario Pizarone et dont l’efficacité viendra, on l’espère, avec le temps).

- Accords de partenariat avec trois clubs de D1 : Anderlecht (déjà finalisé), le FC Malines (négociations en cours) et Westerlo (dont le président Bové veut, par ailleurs, s’inspirer pour son projet à l’Union). C’est M. Brogno qui aura la décision sportive finale sur le choix des jeunes à venir en prêt.

M. Bové a souligné que seuls 4 à 5 joueurs, au maximum, rejoindraient l’Union annuellement, sous forme de prêts, pour l’ensemble du triple partenariat. Il a ajouté que ces accords n’incluent pas de priorité ni d’exclusivité données à ces clubs sur nos jeunes, et qu’on ne se retrouvera plus dans la situation de l’exemple de Sanharib Malki Sabah, parti presque gratuitement, il y a quelques années.

Notre président a également précisé que nos associés italiens souscrivaient entièrement à ce projet, comprenant que si le marché footballistique belge ne pouvait être comparé à celui des grandes nations, il y a avait tout de même moyen d’y faire des affaires financières bénéfiques aux intérêts de tout le monde.

2. Politique budgétaire

En ce qui concerne la politique budgétaire, Enrico Bové veut réduire le budget de l’Union Saint-Gilloise à 700.000 € annuels (500.000 € pour le volet sportif, 200.000 € pour le volet administratif), auxquels il faudra ajouter 200.000 € pour la politique de formation des jeunes citée plus haut. Formation qui doit aussi permettre au club de pouvoir monnayer certains talents afin de le faire vivre et progresser. La saison dernière, le budget était de 1,5 millions € et cette saison, il devrait atteindre entre 1,1 ou 1,2 millions €, ce qui n’est pas raisonnable en D3.

Pour arriver au budget souhaité, il sera, entre autre, mis fin à l’engagement de joueurs extracommunautaires (5 joueurs la saison dernière, 3 cette année) qui coûtent réglementairement aux environs de 70.000 € par an et par joueur, ce qui n’est pas tenable. Restera le cas occasionnel d’un tel joueur pouvant réellement apporter un plus à l’équipe première et dont on pourra espérer une plus-value à la revente du contrat.

La cellule commerciale, dont le président a souligné l’excellent travail effectué depuis le début de la saison, continuera à être développée afin d’augmenter les rentrées d’argent.

Pour étayer la volonté de garder un budget raisonnable, le président signale encore que le club a et garde un statut « non-amateur » et que les joueurs engagés ne le sont pas à plein temps, ils sont donc libres d’exercer une profession durant la journée.

Le président a encore annoncé le projet de faire appel à une souscription de la part des supporters, souscription dont les modalités pratiques et juridiques sont actuellement à l’étude et qui sera présentée ultérieurement. Le but est de créer une association de supporters de fait afin d’arriver à l’acquisition d’une part (40.000 €) dans la coopérative de l’Union Saint-Gilloise, ce qui permettrait la représentation de ceux-ci dans le Conseil d’administration.

3. Ambition

Le président a conclu sa présentation en exprimant sa volonté de stabiliser le club et de l’envoyer le plus tôt possible en D2, et également de trouver les moyens de faire passer l’assistance de 1.000 à 2.500 spectateurs de moyenne par match. Plusieurs opérations ont d’ailleurs été mises en œuvre, comme celle de dimanche prochain contre Virton, « Amenez un ami à l’Union », où une place achetée vaudra une place gratuite offerte.

4. Questions – réponses

Le président Bové a ensuite répondu aux questions de l’assistance et donné les informations suivantes :

- Le mercato d’hiver est quasiment bouclé mais le club veut pour le moment rester discret à ce sujet.

- Christ Bruno : il y avait des problèmes de vestiaire depuis plusieurs semaines et la décision d’écarter cinq joueurs du noyau A été prise suivant l’avis du staff sportif, en accord avec la direction.

- John Ogu : il est sous contrat avec l’Union pour trois ans, mais il refuse de s’entraîner et de jouer pour notre club car il a une possibilité de jouer en division 3 espagnole. Le litige est actuellement porté devant la FIFA.

- Une campagne d’affichage publicitaire du club, en collaboration avec le Vlan (une première pour ce journal dans le domaine du sponsoring sportif), a démarré et couvre toute la région bruxelloise.

- Clarification : Audi, qui a une politique de sponsoring sportif bien définie, apporte son aide à l’école des jeunes de l’Union.